top of page
Rechercher
  • lamemoiredumonde

Club Lecture 11


Le 5 mai nous étions en petit comité, sept livres ont été présenté :












Prochaine rencontre le 2 juin. Ce dernier club lecture avant l'été est un peu particulier, nous commémorons l’anniversaire de la Maison de la Justice et du Droit! Chaque participant pourra parler librement d'un livre qu'il aura lu sur la thématique de la justice et du droit !






Daniel :« BOTAFOGO » de Aluizio de Azevedo – H O João Romão est un émigré portugais prêt à tout pour faire fortune dans l’Eldorado brésilien du XIXe siècle. Il règne sans partage sur la petite cité ouvrière de Botafogo, dans la banlieue sud de Rio de Janeiro, bidonville fait de bric et de broc qu’ il a lui-même contribué à édifier grâce à de nombreux larcins et à l’exploitation la plus cynique de ses contemporains. C'est lui qui décide qui vit là et qui part. Travailleur infatigable, boutiquier sans scrupule, il s’acharne jour après jour à amasser une fortune dont il ne tire aucun plaisir. Sa vie est rythmée par les petits drames et scandales qui secouent régulièrement la favela : querelles de voisinage, jalousies de couple, sanglants règlements de compte ou descentes de police. Il doit surtout veiller, dans ce petit monde de passion et de jeunesse, à ce que les intrigues amoureuses et sexuelles qui éclatent régulièrement comme pluies d’orage ne nuisent pas à sa réussite. Avec un humour tout à la fois féroce et bienveillant, Aluizio Azevedo2 porte un regard sans concession sur les grands et les petits travers de ses compatriotes et, plus généralement, de l’humanité tout entière. Ce livre est considéré au Brésil comme un classique de la littérature, il est sans aucun doute, aujourd’hui encore, l’un des témoignages les plus marquants et les plus vivants de l’identité de ce pays hors-norme.

Robert : « Les médias contre la gauche » de Pauline Perrenot- Ed AGONE Voici un livre militant présenté avec enthousiasme par Robert ! Cet essai est le procès d’une absence, celle de la gauche, reléguée au second plan dans la presse depuis 2017. L’autrice analyse la façon dont le débat public a été verrouillé par les médias dominants, qui ont redoublé d’efforts pour bipolariser les champs politique et journalistique. Basé sur une documentation précise, ce livre retrace l’effondrement intellectuel du « journalisme politique », qui a perdu tant en substance qu’en consistance, laissant le storytelling remplacer l’information. Pauline Perrenot s’appuie sur le traitement des thèmes qui ont « fait » l’actualité : maintien de l’ordre, sondages, loi sécurité globale, gilets jaunes, violences policières, émergence de Zemmour. Elle a écrit ce livre pour que la disparition de la gauche ne passe plus inaperçue. Manifestement Robert a été convaincu par la démonstration ! Pierre : « Le léopard des neiges » de Peter Matthiessen GALLIMARD En septembre 1973, Peter Matthiessen part pour le Dolpo, une région du Népal située à la frontière du Tibet, avec le zoologiste George Schaller. Il veut faire un comparatif entre les chèvres bleues et les chèvres américaine. Schaller lui veut observer des léopards des neiges qui est un prédateur des chèvres. Jamais ils ne verront de léopard des neiges, seulement des traces. Dans ce journal de route, il apparaît très vite que Matthiessen vit cette expédition comme une aventure plus spirituelle que véritablement scientifique. Pour lui, adepte du bouddhisme zen, ce sera surtout un pèlerinage à l'ancien monastère de Shey Gompa et, enfin, un voyage hors de la "civilisation" du XXe siècle. Pierre a présenté un parallèle avec le livre de Sylvain Tesson « La panthère des neiges » montrant comment Tesson, d’une certaine manière, s’est inspiré de Matthiessen. Claude « Un Anthropologue en déroute » Nigel Barley- Ed PAYOT ET RIVAGES Le titre " un anthropologue en déroute" est a priori incongru ! Pour sa thèse, il avait choisi les Anglo-Saxons, mais tout plan de carrière impliquant une mission d'étude, c'est finalement dans une modeste tribu montagnarde du Nord-Cameroun, les Dowayos qu’il va atterrir. Son récit est un voyage initiatique dans lequel il enchaîne les galères, les maladies, il se fait promener, rouler dans la farine. Non que les Dowayos se montrent hostiles, mais insaisissables plutôt, et imprévisibles. Tarley sevoit transformé tour à tour en infirmier, banquier, chauffeur de taxi, vidé, exploité jusqu'à l'os par une tribu hilare ! Il finira par comprendre que l'objet d'observation, en fait, c'est lui. Il voulait une étude sur le terrain ? Eh bien en voici une, mais sur l'anthropologue lui-même, en campagne - disons plutôt en déroute... Grâce à son style, Nigel Barley a su créer de l'empathie du lecteur. Sous la drôlerie du propos, Nigel Barley conduit une réflexion singulièrement aiguë sur la compréhension entre les cultures Son récit montre comment ses idées (ses découvertes) se sont peu à peu mises en place. Ce n'est pas une thèse, c'est un journal revisité, c'est une initiation à d'autres cultures et à la mission d'anthropologue. Dans la discussion Claude fera le lien avec le livre présenté plus loin « L’établi ». Jacky : « Le héros de Berlin »- Maxim Leo- ACTES SUD Michael Hartung, qui tient un des derniers vidéo-clubs de Berlin, reçoit la visite d'un journaliste. Des dossiers exhumés de la Stasi montreraient qu'un jour de juillet 1983 Hartung, à l'époque aiguilleur, aurait organisé l'évasion de 127 personnes vers l'Ouest dans un train de banlieue. L'intéressé nie d'abord catégoriquement mais la tentation d'être un héros est trop belle... Et puis il est payé pour raconter son histoire dont il cache la part de secret. Les médias s'emparent de l'histoire, un livre et un film sont en préparation, Hartung est célèbre ! Mais lorsqu'il rencontre Paula, une jeune femme qui était à bord du train détourné, et tombe amoureux d'elle, il comprend qu'il va devoir trouver un moyen de s'extirper du mensonge dans lequel il s'est enferré. On ne peut qu’inviter à lire le livre car l’enquête est passionnante et va révéler une vérité incroyable.. Josée : « La frontière des oubliés »- Aliyeh Ataei- GALLIMARD Neuf récits composent « La frontière des oubliés » et retracent le parcours de l’écrivaine, depuis sa fuite, enfant, de la frontière afghane pour se bâtir une vie à Téhéran. Dans chacune de ces parts de vie qui se font écho, elle brosse le portrait de ses compatriotes exilés, des « frontaliers », souvent des femmes, qui portent tous des traces de la guerre, des plaies profondes marquées par des balles invisibles. À chaque rencontre, elle s’interroge sur la violence, l’exil et l’identité. Et en s’imprégnant de son propre vécu, Aliyeh Ataei embrasse ici plus largement le sort de tous ceux qui ont hérité des « chromosomes-douleurs », se faisant l’écho de leurs voix si peu audibles. « La frontière des oubliés » révèle une nouvelle plume puissante venue d’Iran. C’est un livre qui secoue.

Miguel : « L’établi » de Robert Linhart- EDITIONS DE MINUIT L’Établi est un livre qui raconte l’expérience de l’auteur qui, professeur de philosophie à l’université, a quitté fin 1968 son travail et son statut pour aller travailler comme OS2 dans une usine Citroën de la porte de Choisy. Il voulait vivre, comme des centaines d’autres intellectuels, avec la classe ouvrière afin de préparer la véritable révolution a peine commencée par les événements de 68. Il raconte la chaîne, les méthodes de surveillance et de répression, il raconte aussi la résistance et la grève dont il est l’instigateur. Il raconte ce que c'est, pour un Français ou un immigré, d'être ouvrier dans une grande entreprise parisienne organisée de façon tayloriste. L’expérience est douloureuse physiquement et moralement. S’il arrive à nouer de véritables amitiés avec ses compagnons de l’usine, il se heurte aussi à la violence des rapports sociaux et fait l’épreuve que l’on ne peut impunément traverser les classes sociales. Il sera écarté par la hiérarchie de l’usine puis licencié. Après une année de dépression il retrouvera son poste de professeur d’Université. Le livre a donné lieu a un film récent qui retrace bien la condition ouvrière de l’époque sans pouvoir reprendre tous les détails du récit écrit.


Le prochain club lecture sera le 2 juin, et le suivant sera le vendredi 1er septembre.

en attendant, d'autres rencontres et évènements sont prévus notamment :


📒 Samedi 10 juin 19h - L'expérience Giono, rencontre avec Jean-Luc Sahagian

L’Expérience Giono de Jean-Luc Sahagian est d’un calibre redoutable et ce n’est pas un roman, peut-être un roman dans le roman, c’est surtout sublime comme l’on peut l’être quand on aime Giono ; je connais beaucoup de gens qui aime Giono mais Sahagian écrit Giono plutôt qu’il ne le décrit, le décortique, le comprend, l’analyse et quelle écriture !!! Il compare aussi les séjours du Contadour que Giono et ses amis ont éprouvés avec un essai de vie collective dans les Cévennes qui a éclairé l’auteur sur la poésie et son importance vitale. Giono, dans Que ma joie demeure fait apparaître un Bobbi vagabond qui vient d’un autre monde et Sahagian souligne toute l’importance de cette apparition, il en fait le point culminant de la créativité de Giono. Giono est un visionnaire, je l’ai compris après avoir lu Sahagian, Orion est définitivement une fleur de carotte.

Nous aurons le bonheur de recevoir Jean-Luc Sahagian le samedi 10 juin à 19H à la mémoire du monde, pensez à réserver.

98 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page