La Librairie a son club lecture !

Tout les premiers vendredi du mois.

Venez nous parler du dernier livre qui vous a emporté à chaque page... Chacun des participants pourra parler librement d’un livre qu’il aura lu récemment. Faites le nous connaître, partagez votre avis en essayant de donner envie à d’autres de le lire ♥

 

Un moment d'échange et de partage, Réservation à la librairie 15 places.

– en partenariat avec Partages Culturels en Provence -

20221123_151812-01.jpeg

Prochain rendez vous le vendredi 2 Décembre.

*

Le vendredi 4 novembre 2022, nous étions donc 10 présents pour cette rencontre Comme toujours, une soirée fort conviviale d’échanges enrichissants autour des 9 livres choisis par Claude, Didier, Béatrice, Catherine, José, Marlies, Jacky, Miguel

 

Livres présentés (Animation et compte rendu par Miguel) :

 

Claude :  Nous sommes ce que nous lisons  Georges ORWELL

Quatre savoureux et courts articles rédigés entre 1936 et 1946 par Georges Orwell sur la relation au(x) livre(s) et à la lecture : en tant que libraire, critique littéraire ou simple lecteur. le dernier article va même jusqu'à évaluer le coût horaire d'un loisir comme la lecture en le comparant à celui de l'achat de cigarettes. Le lecteur goûte à l'humour d'Orwell et à son sens fin de l'observation lorsqu'il décrit celles et ceux qui se rendent dans les librairies (sans toujours s'intéresser à la qualité des livres) ou ceux qui rédigent des critiques sur des livres qu'ils n'ont pas lus.

 

Didier :  La décision  Karine TUIL.

Didier nous exposé son émotion suite à la lecture et à l’écoute en audio de ce livre. Une double expérience qu’il a hautement appréciée . Nous sommes en mai 2016. La juge d’instruction doit se prononcer sur le sort d'un jeune homme suspecté d'avoir rejoint l'État islamique en Syrie. À ce dilemme professionnel s'en ajoute un autre, plus intime : ma- 2 riée, la juge entretient une liaison avec l'avocat qui représente le mis en examen. Entre raison et déraison, ses choix risquent de bouleverser sa vie et celle du pays... L’autrice nous entraîne dans le quotidien de juges d'instruction antiterroristes, au cœur de l'âme humaine, dont les replis les plus sombres n'empêchent ni l'espoir ni la beauté

 

Béatrice : Roman Fleuve Philibert HUMM

Béatrice nous a parlé avec enthousiasme de ce livre le plus léger, le plus drôle, le plus malicieux, de la rentrée littéraire 2022. Elle nous a décrit l’auteur comme un peu allumé, foufou qui sur le plateau TV de la Grande librairie a fait son show. L’histoire : 3 amis ont descendu la Seine de Paris à Honfleur au mois d'août 2018 dans un canoë à pagaies. À peine larguée l'amarre et quitté le quai les trois marins d'eau douce perdent l'ancre du canot ! Peu importe : la débrouille, l'improvisation, et les muscles, feront office d'expertise et de préparation. Il y aura deux chavirements, des bivouacs au milieu des immondices sous des ouvrages d'art, une mutinerie, et beaucoup de mauvaise foi, de moqueries et de drôleries. Béatrice a ri, beaucoup ri tout au long du livre et est ébahie devant cet exploit de tenir la longueur avec de l'esprit, de l'humour, et l'envie avant tout de donner du plaisir au lecteur. Un vrai bonheur dit-elle.

 

Catherine :  La nuit des pères  Gaëlle JOSSE

Appelée par son frère Olivier, Isabelle rejoint le village des Alpes où ils sont nés. La santé de leur père, ancien guide de montagne, décline, il entre dans les brumes de l'oubli. Après de longues années d'absence, elle appréhende ce retour. C’est l'ultime possibilité, peut-être, de comprendre qui était ce père si destructeur, si difficile à aimer. Entre eux trois, pendant quelques jours, l'histoire familiale va se nouer et se dénouer. C’est l’histoire d’un père très dur. Les enfants ne se sont pas sentis aimés. Dans une conversation le père se livre et ils comprennent pourquoi il a été dur. Les voix de cette famille meurtrie se succèdent pour dire l’ambivalence des sentiments filiaux et les violences invisibles, ces déchirures qui poursuivent un homme jusqu'à son crépuscule. Gaëlle Josse livre ici un roman d'une rare intensité, qui interroge nos choix, nos fragilités, et le cours de nos vies.

 

José : Le Pion  Paco CERDA

Un livre qui emprunte au jeu d’échecs. Structurée par les 77 mouvements de la partie Fischer/ Pomar, se trame au fil de cette confrontation une histoire à la forme originale offrant une réflexion quant à l’engagement personnel et, plus largement, sur la façon dont les deux joueurs ont été instrumentalisés par leurs gouvernements respectifs. Aux portraits des deux joueurs d’échec s’ajoutent ceux de nombreux autres « pions » voués à une cause politique durant cette année 1962 faite de turbulence où, lors de la Crise des missiles de Cuba, la guerre nucléaire a failli éclater. Ils sont tous évoqués : phalangistes, Afro-Américains, pacifistes, indigènes, militants antinucléaires, gauchistes ou militaires à l’obéissance aveugle communistes, maquisards, ouvriers, socialistes, membres de l’ETA, chrétiens, républicains, étudiants, … Ils jalonnent ce texte comme autant de « mythes » fabriqués et utilisés à des fins politiques, des personnes sacrifiées et payant le prix fort ; celui de la mort, de la prison, de l’exil ou de la solitude. Ce livre fait partie de la sélection pour le prix de la ville d’AVIGNON.

 

Marlies : Des rêves d’or et d’acier  Émilie TON

Un premier roman autobiographique puissant et intime, dans lequel l’autrice nous raconte l'histoire de son père balloté par la grande Histoire depuis le Viet Nam, le Cambodge jusqu'en Lorraine où il est devenu ouvrier dans l'acier. Émilie Tôn enquête curieuse du vécu de son père, il offre à sa fille Émilie son histoire, son identité plurielle, riche, irréductible, à cheval entre deux cultures, ce qui provoque parfois des tensions et des incompréhensions au sein de la famille. Émilie vit cela comme une chance. Rares sont les romans qui font percevoir avec une telle acuité ce que c'est que de sentir le poids de l'Histoire collective sur la destinée d'une personne. Marlies a su nous partager son émotion en présentant le livre. Ce livre fait aussi partie de la sélection pour le prix de la ville d’AVIGNON.

 

Jacky :  Tibi la blanche  Adrien BELS

C’est un livre sur la vie d’une banlieue à DAKAR , ville que connait bien Jacky pour y être allé tant de fois. Trois lycéens attendent les résultats du bac. Malgré leurs différences sociales et ethniques, ces trois-là sont amis. Il y a Tibilé, surnommée Tibi la blanche parce qu'elle a de la famille en France où elle pourra aller étudier. Puis Rigobert, surnommé Neurone, le bon élève de la bande dont le père qui a réussi vend de grosses voitures. Puis Issa, de père inconnu et de famille pauvre, il rêve de devenir styliste et gagne déjà sa vie en cousant des boubous et des pagnes en wax. Ces trois amis font des projets d'avenir, inquiets quant à leur réussite à l'examen qui conditionne la suite de leurs études. Leur vie est un mélange d'exubérance adolescente et de respect ancestral. Un livre aux chapitres courts et au récit rythmé par les dialogues. Un roman attachant qui a emballé Jacky. Jacky nous a rapidement présenté au passage le livre qu’il a écrit avec son ami Habib Kane : « Hauteurs africaines » et nous a relaté cette folle et riche aventure d’avoir édité des bandes dessinées africaines pour les enfants de DAKAR à partir des contes qui se racontent là-bas.

 

Miguel : Le lion d’Alexandrie  Jean Philippe FABRE

C’est l’histoire romancée de Saint marc l’auteur du 2eme évangile ( dans le corpus du NT). L’auteur, spécialiste en exégèse, nous raconte dans un livre plein de rebondissements le monde méditerranéen à l’époque de l’occupation romaine. On suit la déroute des apôtres après la mort du Christ, les conflits dans la communauté, les disputes autour des choix a faire et surtout la lente élaboration de l’écriture du 1er évangile des dizaines d’années après les événements. Ce qui est raconté , certes de manière littéraire et romanesque repose sur les références aux écritures mais aussi sur les recherches historiques. Pour qui veut un peu comprendre ce qui s’est passé ce livre donne quelques clefs de compréhension.

 

José :  Eleftheria  Murielle Szac

Dans son premier roman pour adulte l’autrice met en lumière un évènement méconnu de la seconde guerre mondiale en Crête. Lors du naufrage du cargo Tanaïs en octobre 1944 meurent des centaines de juifs raflés sur l’ile, des résistants crétois et des prisonniers de guerre italiens. Le livre va redonner vie aux disparus en imaginant leurs histoires et leurs choix de vie pendant le conflit. On apprend beaucoup de choses sur l’occupation allemande en Crête. Un magnifique livre qui aide à réfléchir aux notions de liberté et de destinée choisie ou subie. Ce livre fait aussi partie de la sélection pour le prix de la ville d’AVIGNON.