Rechercher
  • lamemoiredumonde

Rencontres de Mai

Quelques moments partage autour de la lecture à la librairie La Mémoire,



📗Le Mecredi 11 mai 18h30 :

La Librairie est heureuse de recevoir l’écrivain et critique Emmanuel Eloi pour la publication récente de Payer le mal à tempérament de Simone Debout. Dans ce dernier livre, Emmanuel Eloi, auteur d’une trentaine de publications dans les domaines aussi différents que la littérature, le théâtre, la critique d’art et les essais nous fait redécouvrir deux articles de la philosophe et résistante Simone Debout parus en 1981 dans la revue Topique. Simone Debout (1919-2020) découvre Charles Fourier (1772-1837) dans les années cinquante grâce à Fernand Rude, historien des Canuts. Vivement encouragé par André Breton, elle parvient à faire republier l’ensemble de l’œuvre de Fourier. Dans le texte présenté ici, la philosophe revient sur l’apport décisif de la pensée de Donatien Alphonse François de Sade dans la construction du système imaginé par l’utopiste : l’Harmonie. « La nature va au bien ou au mal selon les chances » le parti pris des opprimés se fait contre les abstractions des philosophes et des politiques et trouve dans le mouvement de la discorde et des conflits un équilibre fait de contrebalancements. Un retour au Concordia discors ou (Harmony in discord) de la Renaissance (ou du Moyen-Âge ?) auquel les Lumières avec Sade auront ajouté l’indépendance du sujet ? Un programme qui promet d’être passionnant et à la découverte duquel vous êtes cordialement invités. (Réservation conseillée)


📘Le Vendredi 13 Mai 18h30 :

Moment de partage, dans la lignée des soirées Camus d'avant Covid, nous avons choisi avec les amis de la librairie La chute d'Albert Camus.

Au cours de cette soirée conviviale, en toute simplicité, dans les locaux de la librairie, chacun est invité à restituer ce qu’il a ressenti à cette lecture, à livrer ses émotions, à commenter, avec ses mots, sans jugement de la part des autres, le tout pour croiser notre façon de rencontrer l’œuvre d’Albert Camus.


📗Le Samedi 14 mai 17h au fenouil à vapeur :

Rencontre hors des murs avec les amis du monde diplomatique :​

« La Fabrique de nos servitudes. Comment s’en sortir ? » avec Roland Gori, professeur honoraire de psychologie clinique à l’université d’Aix-Marseille et psychanalyste, auteur de La Fabrique de nos servitudes aux éditions Les liens qui libèrent.

Dans nos sociétés de contrôle, l’information est le moyen privilégié de surveiller, de normaliser et de donner des ordres. Les informations, molécules de la vie sociale, deviennent les sujets de l’existence, les véritables cibles des pouvoirs politiques et économiques. Avec le langage numérique, les subjectivités se trouvent enserrées dans un filet de normes de plus en plus denses et contraignantes. Les idéologies scientifiques viennent souvent légitimer ce « naturalisme économique » transformant le citoyen en sujet neuro-économique et son éducation en fuselage de ses compétences en vue des compétitions à venir.

Les fabriques de servitude mettent en esclavage les individus et les populations au nom de l’efficacité technique, de l’illusion d’un bonheur procuré par les algorithmes et la mondialisation marchande. Pour en sortir, il nous faut modifier nos habitus et nos habitudes, restaurer la force révolutionnaire du langage et de la métaphore, rétablir le pouvoir des fictions. Les ordres existants ont toujours haï les utopies, la puissance de leur imagination et de leurs expériences de pensée. L’utopie ne se réduit pas à un genre littéraire, à une rêverie politique d’un futur improbable, elle constitue une position éthique et politique, un style, un foyer de liberté.

Dans l’histoire des esclavages et des luttes sociales, les « marronnages », par la danse, le chant, le récit et le conte, ont été des voies d’émancipation. Résister aux fabriques de nos servitudes par l’utopie est une nouvelle manière d’agir et de penser l’infini, le complexe, l’instable, le multiple, le divers que le vivant exige. Il y a urgence à détourner l’utile pour en faire du Beau, emmêler le vivant au Vrai et faire chuter sa majuscule pour que nos vies ne soient pas minuscules.


📙Le Mercredi 18 Mai 18h30 :

Rencontre et dédicace avec Pierre Boulier, vigneron en Ardèche et auteur de quelques textes, dont L'amour aux temps des protocoles aux éditions La Lenteur :

C'est un essai qui porte sur les contradictions de la « libération sexuelle » et de notre culture hédoniste capitaliste, en revenant sur les idées du psychanalyste Wilhelm Reich, l'une des références de mai 68 et des mouvements d'émancipation qui ont suivi. A travers Reich, je réfléchis à ce que notre culture fait de la vie, de la liberté, de la sensibilité : comment, au-delà des morales répressives, la science, la médicalisation et l'emprise technologique participent à nous déposséder et créer de nouvelles inhibitions. Il y est question d'orgasme, de spontanéité, d'énergie, du blindage de nos émotions et de la raideur de nos corps, de l'exploitation marchande de nos désirs, de l'hystérie managériale, de la terreur sanitaire, du fascisme, du mysticisme, de faire pleuvoir dans le désert, et bien davantage encore.



📕Le Samedi 28 Mai 17h :

Instant lecture et rencontre avec Audrey Gilles, professeure de lettres dans le Vaucluse et docteure en littérature française. Elle a l'habitude de jouer avec les mots, elle publie divers textes, poésie, théâtre et publie son premier roman L'été des Fourmis aux éditions de l'Ire de l'ours.

L’été, au bord de la mer. Sous le regard d’Ariane, 15 ans, les destins se croisent, les passés adolescents ressurgissent, avec leurs fantômes et leurs premiers désirs, et emportent avec eux l’équilibre fragile des vies adultes. C’est un roman choral où chacun est une fourmi qui avance, qui s’agite dans une histoire où le drame a déjà eu lieu et où le présent demande de l’affronter.

Avec le soutien amical de Complément d'Objet. Fondée à Avignon en 2005, cette association propose des stages pour toute personne désireuse de se lancer dans l'écriture créative (mémoire et autobiographie, fiction, théâtre...) Audrey a en effet suivi les cours de Complément d'Objet au seins de la libraire La mémoire du monde en 2019.


137 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout