Rechercher
  • lamemoiredumonde

Club lecture 5

Prochain rendez vous le vendredi 4 novembre. * Le vendredi 7 octobre 2022, nous étions donc 16 présents pour cette rencontre, Comme toujours, une soirée fort conviviale d’échanges enrichissants autour des 9 livres choisis par Claude, Évelyne, Françoise, Jacky, Josée, Marlies, Michèle, Miguel, Simone. Livres présentés (Animation et compte rendu par Miguel et Michèle) :

Claude : Partie italienne Antoine Choplin (Buchet-Chastel 2022) Gaspard est un artiste sculpteur renommé. Nécessitant une pause , il se rend dans la capitale italienne. . A la terrasse de l’hôtel Campo de’ Fiori , il installe son échiquier, et propose des parties avec les passants. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Marya, une hongroise, petite-fille d’un grand maître d’échec, mort à Auschwitz . Sur cette place est érigée la statue de Giordano Bruno, un philosophe dominicain, brûlé en place publique pour hérésie. Balades romaines, idylle, parties d’échec endiablées , intrigues et suspens, émaillent ce beau roman poétique et délicat. Evelyne : Une étincelle de vie Jody Picoul (Babel 2018) Alors qu'il célèbre son quarantième anniversaire au poste de police, Hugh McElroy, un négociateur de crise, est appelé sur le site d'une prise d'otages. C’est un établissement gynécologique, le dernier centre pratiquant l’avortement au Mississippi. C’est un compte à rebours qui permet de mieux comprendre la trajectoire des deux personnages, Hugh et le preneur d’otage. C’est une belle réflexion sur la relation père-fille, une écoute sans parti pris sur les femmes en situation difficile, un policier qui traite d’une actualité socio-politique brûlante. Françoise : Les années Annie Ernaux (Gallimard 2008) Un roman choisi bien avant le Nobel qui honore l’écrivaine, un prix qui couronne « le courage et l’acuité clinique avec laquelle elle découvre les racines, les éloignements et les contraintes collectives de la mémoire personnelle ». C’est une biographie , la vie de l’autrice, mais aussi soixante ans d’histoire commune, une analyse sociologique intéressante sans effet stylistique, écrite avec une distance empathique. Françoise est une inconditionnelle d’ Annie, nous l’avions compris ! Simone : Margot ou le puy des illusions Marie-Noëlle Touzery-Peurière, (Nombre 7- 2021) C’ est son premier roman édité. Parmi les multiples productions confiées à Simone, professeur de lettres, pour qu’elle donne son avis, celle-ci , pour elle, est unique pour au moins trois raisons , l’histoire d’une petite fille, son initiation à la vie, jusqu’à sa retraite d’enseignante, la belle histoire d’amour avec l’elfe bondissant , l’hymne à une région, l’Auvergne. Il faut lire cette belle et sincère autobiographie pour en découvrir toutes les subtilités. Simone nous a transmis l’émotion qu’elle a eue à la lecture de ce livre. Laurence : Mohican Eric Fottorino (Gallimard 2021) Brun va mourir. Il laissera bientôt ses terres à son fils Mo. Mais avant de disparaître, pour éviter la faillite du vaste domaine agricole et tenter de corriger son image de pollueur, il décide de couvrir ses champs d’ éoliennes. Son fils est opposé à cette décision. Un roman qui fait le portrait d’un monde agricole, celui du Jura, une description sociologique du devenir de l’agriculture qui met en exergue l’affrontement des générations. Marlies : L’évaporée de Fanny Charello, Wendy Delorme, ( Cambourakis 2022) C'est un roman écrit à quatre mains, avec un même écho. Deux femmes Jenny et Eve s'aiment mais l'une d'elle décide de partir subitement, le roman s'organise alors alternativement autour des deux personnages. Celle qui est quittée qui reste, et celle qui s'est évaporée. C’est une interrogation sur la possibilité d’une relation durable, la compatibilité de modes de vie a priori opposés, la nécessité d’affronter les fantômes du passé afin de rendre le présent possible, c’est aussi la mise en exergue des pouvoirs et des limites de la création littéraire. Elles apprendront qu’on peut vivre une même histoire de façons différentes. Ce roman fait partie des cinq livres sélectionnés pour Le Prix littéraire des avignonnais 2022 (vous pouvez voter jusqu'au 12 novembre, remise des prix le 3 décembre), c’est le favori de notre libraire, c’est un roman très sensoriel, une belle histoire d’idylle au féminin. José : L’invention du diable Hubert Haddad (Zulma 2022) Un livre foisonnant, on dira même diabolique. Il faut prendre son temps et s'accrocher pour le découvrir. Mais si l’on fait cet effort c’est une immense joie qui advient lorsqu'on saisit les subtilités de cette fresque historique : le pacte faustien, celui de Papillon de Lasphrise, une écriture qui s’adapte aux différentes époques traversées par le héros de cette histoire : rabelaisienne, baroque, fleurie, classique... José, avec sa fougue a su nous faire vivre cette épopée littéraire. Ce roman fait partie des cinq livres sélectionnés pour Le Prix littéraire des avignonnais 2022 (vous pouvez voter jusqu'au 12 novembre, remise des prix le 3 décembre) c’est le favori de notre seconde libraire. ​ Michèle : Le livre des chagrins - Traductions de poèmes de Florbela Espanca ( L’Escampette 2022) Le Livre des chagrins, Sœur Saudade, Bruyère en fleur, Reliquae. Florbela Espanca (1884-1930) est une poétesse portugaise qui a traduit son mal-être, ses désillusions, les drames multiples auxquels elle a été confrontée en écrivant des sonnets «parce que la forme est plus contraignante, l’idée jaillit plus intense » (Baudelaire). Une féministe confrontée, heurtée par un monde machiste , dans un pays, alors, dirigé par un dictateur. « [...] et j’ai mordu les roses blanches d’Ispahan[...] avec, au fond du cœur, la même plaie béante. » Miguel et Jacky : Un Jour sans fin Sébastien Barry ( Joëlle Losfeld éditeurs 2018) Pour rendre un hommage paternel à son fils, Barry écrit ce roman. Un western littéraire qui met en scène un jeune Irlandais Thomas Mc Nulty, qui s'est exilé pour échapper à la famine et qui va rencontrer John Cole , un amérindien . Ils vont traverser une époque héroïque de l’histoire des États Unis en participant aux guerres menées contre les Indiens et à la Guerre de sécession. Couple gay sympathique et plein de vie , ils adopteront Winona, la nièce du chef indien " celui qui domptait les chevaux". Ce roman captivant, plein de rebondissements, démontre de façon originale tout un pan de l’histoire américaine sans faire aucune impasse sur la beauté des paysages et les qualités humaines mais aussi les atrocités, les boucheries de ces guerres fratricides. Jacky avait conseillé ce livre à Miguel et celui-ci en a acheté 7 tellement il a voulu faire partager à ses amis le bonheur de le lire. ​ Ps : Le mot de Simone qui tenez à faire honneur à sa lecture : Je vous recommande la lecture de l’ouvrage écrit par Marie-Noëlle Touzery-Peurière intitulé : "Margot ou le puy des illusions". Je lis beaucoup, par goût et par métier, des auteurs français et étrangers, anciens, modernes, et contemporains - et il m’arrive (encore) d’avoir le plaisir de la découverte – ce livre en est une, de qualité, que j’assume pleinement. C’est un roman qui vous entraîne pendant trois cents pages (qu’on ne voit pas passer) dans la vie d’une jeune personne nommée Margot, laquelle raconte sa vie depuis la petite enfance jusqu’à l’âge des bilans, à travers une autobiographie mâtinée d’autofiction. Les événements y sont à la fois « vrais » et revisités par une plume douée, en verve, inspirée. De l’authenticité devenue littérature, avec les accommodements nécessaires du genre romanesque. Une écriture forte, charnue, drôle, qui s’engage. Et un alliage (comme au 18ème siècle) de genres différents : il y a là un roman d’apprentissage (où les vicissitudes font peu à peu l’éducation de Margot) ; une saga familiale, qui ne manque ni de pittoresque, ni de réalisme, ni de coups de patte ; un roman social (l’évolution d’une certaine bourgeoisie aisée qui garde ses codes en perdant sa fortune) ; une histoire d’amour (transgressive) ; un roman régional (enraciné dans l’Auvergne chevillée au corps et la maison familiale) ; une satire cocasse et navrante à la fois de ce qu’est devenu l’enseignement dans les collèges ; une évasion/réflexion sur le conflit des cultures, à travers le récit (très enlevé) des aventures africaines… Dernière remarque : j’ai personnellement apprécié la maîtrise des jeux d’écriture. A côté de la narration chronologique traditionnelle, dominante, se rencontrent des « variations » qui incrustent des tons différents : on a par exemple ici la truculente chanson du grand couillon (devant le viaduc de Garabit enjambant la Truyère), et plus loin la sérieuse « Histoire de Clarisse » ; il y a l’épopée amusante de ‘Margot la Parisienne chez les cathos’ (version : « Les fioretti » !) mais aussi, ailleurs, le « Dit du Père Lambert », sobre et documentaire ; on adore la scène de genre humoristique (l’aveu crucifiant du fiancé en voiture : « Chez nous, on mange de la soupe… ») et on admire la transposition dramatique des suites de la mort du frère résistant, où la mère de l’héroïne devient une émule de Clytemnestre, réécriture saisissante et passionnée de la douleur. A vous donc, si vous voulez, la magique « Font Dorée », et la fantastique pêche au mérou en Tunisie (où l’Éducation Nationale envoie aimablement ses enseignants se reposer), la farce du départ à la retraite au collège de C*******, et l’atelier d’écriture de la mystérieuse Eduarda… etc. ! Bref, bienvenue au Puy des Illusions. Simone Grava-Jouve Avignon NB : Le seul défaut que j’ai à signaler, pour cette édition, se situe dans le fait qu’elle comporte quelques coquilles, qui n’ont pas été corrigées à la relecture.

113 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout