Rechercher
  • La Mémoire du Monde

Club Lecture 3

Pas de club lecture ce vendredi 1 juillet, mais de la lecture de poésie !

En attendant le reprise du club lecture le vendredi 2 septembre 2022, voici la lecture du compte rendu de la 3ème soirée, passez un bel été :


Le vendredi 3 juin 2022, nous étions 14 présents pour la troisième rencontre du club littéraire.

Des fidèles au rendez-vous! Tous n’ont pas présenté de livre, mais tous ont été attentifs et intéressés par les livres présentés au cours de cette soirée. Ce qui a donné lieu à des échanges très riches.


Livres présentés ( Animation: Miguel, Compte rendu: Michèle):

1- Elisabeth : Celui qui veille, de Louise Erdrich - (éditions Albin Michel 2022 - Prix Pulitzer 2021)

Inspirée par son grand-père maternel, qui a lutté pour préserver les droits de son peuple,

Louise Erdrich,qui par sa mère a du sang amérindien, nous raconte une aventure humaine qui a

pour décor le Dakota Nord – 1953 - , peuplée de personnages inoubliables: Thomas Wazhashk,

président du conseil consultatif de la Bande d'Indiens Chippewas de Turtle Mountain, déterminé à

lutter contre le projet du gouvernement fédéral censé « émanciper » les Indiens, Patrice/Pixie, la

nièce de Thomas qui souhaite reprendre ses études pour être plus libre, Véra, sa sœur partie pour la

grande ville, Wood Mountain et Barnes , ses prétendants…

Un roman biographique de cinq cents pages, riche, foisonnant, réaliste, profondément humain qui

met en lumière la politique inique du Congrès américain envers le peuple Indien.

Une lecture passionnante.

2- Evelyne : Les Huit Montagnes, de Paolo Cognetti – (éditions Grasset 2016 - livre de poche 2018)

(Prix Médicis étranger 2017, Ce roman est devenu un film présenté en compétition au Festival de Cannes 2022.)

Pietro est un jeune milanais, Bruno un enfant des montagnes du Val d’Aoste. Ils ont 11 ans tous

les sépare mais la montagne va les rapprocher et en faire des amis. Le père de Pietro aime les

longues randonnées en montagne où il entraîne son fils malgré son mal des cimes. Pietro et Bruno

deviendront amis. Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son passé – et son avenir.

Un roman autobiographique écrit dans une langue pure et poétique, sans longueur ,  un livre sur

l’apprentissage de la vie, sur l’amitié , un hommage à la montagne et à la nature, un coup de cœur

qu’Evelyne aime à relire. Un film a découvrir bientôt en salle.

3- Claude: L’infini dans un roseau d’Irène Vallejo - (Editions Belles lettres 2021)

- Prix national de l’essai et prix espagnol de l’Association des Librairies.

Un (imposant) essai que l’on lit comme un roman, qui raconte avec érudition, passion, lyrisme et talent l’invention des livres dans l’Antiquité, un périple historique à l’est de la Méditerranée

(Mésopotamie, Égypte, Grèce) puis à Rome.

Le titre de cet ouvrage évoque le roseau qui a constitué l'une des premières surfaces d'écriture, le

papyrus mais aussi le calame qui sert à écrire… des livres!

Le livre qui libère, qui diffuse des idées et qui devient pour certains, un objet dangereux.

(Un joli écho à Une histoire de la lecture d'Alberto Manguel)

4- Laurence: Just Kids de Patty Smith - (éditions Denoël 1999 - folio 2013)

Un récit autobiographique, intimiste, qui retrace ses années de jeunesse, de sa carrière

chanteuse , guitariste punk rock mais aussi de poète, d’écrivaine, d’artiste peintre et de

photographe, ses joies, ses peines, elle parle de son ami Robert Mapplethorpe, de leur amitié et de

leur liaison fusionnelle, qui durera de 1967 à 1969. C’est aussi la découverte d’endroits mythiques.

C’est un petit bijou, joliment écrit, émouvant passionnant à lire. Voir sur Arte -replay un portrait de

Patty Smith.

5- José : Marchands de mort subite de Max Izambard - (éditions du Rouerge 2021)

Dans le récit de Max Izambard, auteur ayant vécu plusieurs années en Ouganda, on suit un père sur les traces de sa fille, une journaliste disparue en Ouganda, puis ceux qui l'ont côtoyée et ont rêvé avec elle, un médecin et une journaliste Ougandais. Ces héros modernes se trouvent aux prises avec la soif de l'argent et du pouvoir, la corruption, et de l'obligeance pragmatique des pays occidentaux qui la rend possible à une échelle mettant en danger les démocraties et la vie du commun des mortels souhaitant simplement vivre avec honneur et dignité. Lorsque le père rencontre un avocat Ougandais ce dernier explique : « Votre fille est partie nager, à contre courant, dans un grand fleuve d'or. Elle remonte le fleuve à la recherche de sa source. A l'ouest de la frontière, la terre suinte de l'or. Des milliers de ruisselets se forment, convergent et s'unissent. Très vite la force de l'eau est telle qu'elle peut arracher des arbres, charrier des blocs de pierre, et crever les montagnes. Rien ne peut plus l'arrêter. (…) La volonté d'enrichissement de ces gens-là est semblable à la puissance d'un grand fleuve. J'espère que votre fille sait bien nager. » L'auteur signe ici un thriller humaniste digne du regretté John le Carré et enseigne l'importance à nager à contre courant. Aussi, nageons !

6- Marlies : Blackwater I, La Crue, de Michael McDowell - (éditions Monsieur Toussaint Louverture 2022)

Avant de nous parler du livre choisi, Marlies revient sur les autres présentations, celles de Claude et

Elisabeth, notamment, pour mettre en exergue le pouvoir du livre, la chance d'avoir une loi du livre en France, qui rends accessible la diffusion des idées et les problèmes liés à la surproduction diffusion des idées par le livre et fait un parallèle avec la situation actuelle au Chili avec le peuple Mapuche dont les terres sont spolier pour produire de la pâte à papier internationale.

Une fresque familiale dans le sud des états-unis en 1919, en 6 tommes, le dernier à paraître prochainement: manipulation, rebondissement à foison, c’est romanesque, effrayant, fascinant, joliment illustré et peu onéreux! Michael McDowell a une écriture cinématographique qui nous plonge dans un univers que l'on ne veut plus lâcher, à l'affut des choses étranges à la Edgard Alan Poe.

7- Michèle : Une Française libre : Journal 1939-1945 de Tereska Torrès - (Editions Libretto 2022)

Tereska sort tout juste de l'adolescence quand la Seconde guerre mondiale éclate . Née de parents

polonais émigrés, convertis au catholicisme, son père, Marek Szwarc, est un talentueux sculpteur

qui s'engage dans l'armée polonaise et se retrouve en Angleterre. Il y sera rejoint par son épouse

Guina et sa fille. Tereska va alors s'engager pour toute la durée de la guerre dans le corps féminin

des Forces françaises libres. Elle va y faire son apprentissage de la vie qu'elle va retranscrire dans

son journal intime. Ce récit révèle le portrait d'une jeune diariste aventureuse, courageuse,

passionnée, enthousiaste, sincère, amoureuse, c'est une narration historique intéressante.

8- Miguel%: Inigo, de François Sureau .

Le livre n’a pas pu être présenté, faute de temps. Il le sera en septembre. Il s’agit du récit d’un

épisode majeur de la vie d’Ignace de Loyola.

8- Miguel : Inigo, de François Sureau .

Le livre n’a pas pu être présenté, faute de temps. Il le sera en septembre. Il s’agit du récit d’un

épisode majeur de la vie d’Ignace de Loyola.

82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout