top of page
Rechercher
  • lamemoiredumonde

Club Lecture 14

Animation : Miguel Couralet,

Compte rendu : Miguel Couralet, Michèle Robinet.

Déjà la quatorzième soirée ! Avec  quatorze personnes au départ, des arrivées quelques minutes après le début ( petit retard fort pardonnable, le temps n’était pas de la partie!),  et nous nous sommes retrouvés à seize !


Porchain rendez-vous ce vendredi 1 décembre.





Frédérique : Le temps des gens ordinaires – Christophe Guilluy

Elle nous a présenté un essai dont  l’auteur est chercheur,  géographe et inventeur du concept  « de France périphérique »Il s’agit d’une analyse en trois parties pour traiter de l’accès à la  culture par le prisme de la territorialité. Dans cette géographie périurbaine , 60 % de la  population y réside, leur lien avec  la culture n’est pas évidente, cela crée des inégalités voir une vraie  marginalisation . Cependant , ceux qui sont nommés les déplorables,  qui appartiennent  à la classe populaire, par le biais, notamment  des cinéastes, musiciens (rappeurs), auteurs,… deviennent des « héros ». L’attachement  à leur territoire, leur solidarité, permettent de relever le challenge, de regagner le terrain de la culture,  celle dite populaire, de s’affranchir de la domination des élites culturelles, de passer de l’ombre à la lumière.Cet ouvrage  a le mérite de mettre en évidence les vraies questions sur l’évolution  de nos sociétés , il  nous faire réfléchir , nous donne des  clés pour mieux comprendre et décrypter ces problématiques politiques, sociales , culturelles et les enjeux que cela représente.


Isabelle : Nous l’Europe - Laurent Gaudé

Un auteur qu’ affectionne particulièrement Isabelle.Le choix  de ce livre, ce soir, résulte de la situation mondiale dramatique actuelle. Il nous est donné  de réfléchir sur les leçons de l’histoire.  Seulement 182 pages  mais quelle puissance et quelle passion  contiennent-elles !C’est un poème en prose,  une source ardente d’inspiration pour vivre et survivre, pour continuer à croire en l’avenir,  en une  Europe vraiment humaniste.  Chaque phrase est à méditer.Ce texte, magnifique,  a fait l’objet d’une adaptation au Festival d’Avignon 2019.Isabelle, pour conclure cite  Christian Bobin : «  J’attends d’un poème qu’il me tranche la gorge et me ressuscite ». C’est le mérite de cet ouvrage à la poésie à la fois turbulente et fragile.


Jules : Alpinistes de Staline  - Cédric Gras –  Prix Albert Londres -

Ce livre raconte l’épopée héroïque des frère Abalakovy, deux alpinistes russes qui traversent avec bien des  aléas, l’époque de Staline.Après avoir compulsé les archives russes, l’auteur a découvert que cette fratrie avait été victime des  terribles purges staliniennes alors qu’ils n’avaient aucune intention de nuire au régime. Passionné par cette découverte,  il  décide de raconter leur histoire.Orphelins, nés en Sibérie, ils pratiquent très tôt l’escalade, avant de devenir , parmi les tous premiers en URSS, des alpinistes aguerris pour la gloire de leur pays. Entre Caucase et Asie centrale, ils multiplient les expéditions jusqu’à gravir, dans les années 1930, les vertigineux pic Staline et de  Lénine, au nom du pouvoir. Malgré cela ils furent victimes comme tant d’autres du climat de délation et de dénonciation qui pour un oui et pour un non vous vouait à la punition.C’est fort bien rédigé, cela se lit  à la fois comme un roman d’aventure et un policier.


Béatrice : La fête des mères – Richard Morgiève-  Joëlle Losfeld éditions-

Béatrice a entrepris la lecture de ce livre après  une interview de l’auteur par Pierre Lescure (La 5). Elle a été impressionnée par le personnage créé par Richard Morgiève. Il n'y a pas d'éternité pour l'amour mais des romans pour le raconter .Un livre réécrit qui prend rang pour être primé par un des Prix de la rentrée littéraire.Une famille aisée, un père banquier, absent, (à sa décharge il fut prisonnier dans un camp de concentration) , une mère particulière qui éduque ses  quatre enfants avec des principes d’un autre temps : ne pas se laver à l’eau chaude,  rester avec un creux  à l’estomac car manger à sa faim n’est pas bon… La fratrie, à la fois se déteste et s’aime. C’est l’un des enfants qui raconte, Jacques Bauchot.C’est un roman  triste, poignant  où l’humour affleure souvent,  plein de poésie, d’émotions,  où la recherche des mots prend une grande valeur, un style époustouflant, pour Béatrice,  un livre culte, un  des meilleurs livres lus depuis longtemps.


Olivier , deux livres présentés:  L’amour – François Bégaudeau-

Un petit roman qui raconte  la vie d’un couple,  le quotidien de celui de Jeanne et Jacques.Olivier nous confie : «  j’ai lu ce petit livre, 80 pages,  d’un bout à l’autre, sans pause. Je me suis retrouvé, et chacun peut s’y retrouver, dans cette lecture.C’est plaisant à lire,  même jouissif,  c’est écrit sans chapitre, sans transition, mais on s’adapte très vite et on se prend au jeu de cette écriture. Il le recommande chaudement.              


Tout le ciel bleu – Melissa Da Costa

Olivier nous parle de  ce livre  très différent de plus de 800 pages qui raconte le voyage, le dernier d’un jeune homme avant qu’il ne sombre dans les tourments d’Alzheimer.  Il passe une petite annonce pour trouver le compagnon ou la compagne de cette ultime aventure. Ce sera une femme…La lecture est agréable,  plein d’humanité, un feel- good  qui permet l’évasion.

Olivier nous dit lire en ce moment le  Traité d’athéologie de Michel Onfray, peut-être une prochaine présentation ?


Natalia : Sarah, Susanne et l'écrivain - Eric Reinhardt – Gallimard

Sarah a confié l’histoire de sa vie à un écrivain qu’elle admire, afin qu’il en fasse un roman. Dans le livre  Sarah devient  Suzanne. Un jeu de miroir.Suzanne ne se sent plus aimée comme autrefois. Chaque soir, son mari se retire dans sa cave, qu’y fait-il? Il reste y de plus en plus longtemps, pour finir par ne plus regagner l’appartement,  la laissant seule avec leurs enfants. Dans le même temps, elle s’aperçoit qu’il possède soixante-quinze pour cent  de parts dans  leur domicile conjugal. Elle demande à son époux de discuter sur leur situation lors d’un déjeuner dans un restaurant. Elle lui déclare vouloir faire un break.  Ce sera le début d’un enchaînement d’évènements imprévisibles, bouleversants, vertigineux.  L’écriture est puissante, magistrale. En lice pour le Goncourt 2023.


Daniel : Alamut – Vladimir Bartol

Daniel a lu ce livre publié, pour la première fois, en 1938,  il y a quelques années ,  il en garde un vif souvenir. Depuis il en reprend des passages ou se documente à propos.C’est un roman d’aventure, basé sur des faits historiques  qui se déroulent dans les montagnes, au nord de l’Iran dans la forteresse inexpugnable  d’Alamut. Les Haschichins ( étymologie probable du mot  Assassin), mènent une lutte religieuse effrénée contre leurs voisins religieux, le sultan de Turquie, seldjoukid.  Un des intérêts de cette lecture est la mise en évidence des techniques de manipulations (notamment celles de se sacrifier) , qui font tristement écho à  l’actualité du Proche Orient , Iran, Irak… Finalement,  hélas, une lecture atemporelle. 


Giana: Saga : L'amie prodigieuse d’Elena Ferrante –

Giana a été passionnée par cette suite littéraire . Elle rappelle que l’auteur (re)  est toujours à ce jour sans identité précise . Ce qui a plu à Giana dans cette saga ce sont les thèmes développés : l’amitié entre femmes, qui peut dégénérer en haine, les paysages  sublimes de Naples,  ville ancrée dans les romans, la violence des sentiments, la solidarité, les souvenirs de jeunesse, que l’on garde éternellement.Quatre tomes, une histoire inachevée. Elle attend le 5eme….. 


Solange :  La disparition de Joseph Mengele – Olivier Guez  

Venue pour la première fois au club littéraire, Solange nous a présenté avec conviction l’intérêt qu’elle eu à lire ce livre.Un roman historique très documenté qui nous entraîne à la poursuite du sinistre  médecin criminel Joseph Mengele surnommé  l’ange de la mort. Le récit se déroule  de 1949 quand commence  véritablement sa longue cavale jusqu’à sa mort en 1979 sur une plage du Mexique, une errance sans répit,  soutenue par sa famille, les SS, le président  argentin Juan Péron  et de nombreux réseaux. Cette traque décrite sous forme de roman qui se lit comme un roman policier reste  une chronique de l’inhumanité qui est glaçante.


Michèle : J’ai capturé Eichmann-  Rafael Eitan

Un livre commencé avant les douloureux évènements vécus par Israël et Gaza et achevé  le 7 octobre,  terrible jour où le Proche Orient va se trouver sous les feux d’une actualité dramatique.Le titre laissait à penser que la capture d’Eichmann L'homme de la Solution finaleserait plus détaillée.  En fait il y a juste une vingtaine de pages sur ce fait.C’ est  l’autobiographie de Rafi Eitan (1926 -2019) , ancien maître espion au service du Mossad qui se raconte avec un peu trop de fatuité et qui  présente  quelques longueurs.Ce qui reste intéressant dans ce livre c’est l’exposé  des diverses institutions  israélites, noms  fréquemment cités  par les médias ces jours-ci :le Aman : direction du renseignement militaire israélien.le Mossad :chargé du renseignement extérieur et des opérations spéciales en dehors des frontières de l’État d’Israël.Shin Bet : service de renseignement intérieur israélien.Aujourd’hui décédé, l’auteur livre son opinion sur le devenir de son pays, pour comprendre ce qui est possible,  ce qui ne l'est pas, ce qui est nécessaire pour garantir qu'Israël reste un état juif démocratique…


Marlies : Triste Tigre – Neige Sinno -  P.O.L

Un livre qui dit encore l’inceste, en très bonne position dans de nombreuses listes de prix.Un grand texte,  un récit puissant, terrible que Neige Sinno a mûri pendant une vingtaine d’années, le temps de trouver le ton juste pour parler des sévices qu'elle a vécu dans son enfance. Si la littérature ne l'a pas sauvée, elle ne peut réécrire le passé, elle l'a aussi construite et donné des armes pour porter une réflexion sur notre société.


Miguel :  Le défi de Jérusalem -  Eric-Emmanuel Schmitt – Albin Michel

Eric Emmanuel Schmitt raconte, de façon très personnelle, le pèlerinage qu’il a fait récemment en terre Sainte à la demande du Vatican. Il se livre beaucoup dans ce live où il raconte sa découverte des lieux où, selon les évangiles, Jésus a vécu. ( Bethléem , Nazareth, Césarée, le lac de Tibériade, le Mont Tabor, Béthanie, le mont des oliviers, le cénacle, Emmaüs,  Jérusalem…). Il décrit les ambiances, les rencontres toujours hautes en couleur, les émotions et les interrogations. Il nous fait part de son propre cheminement depuis la scène mystique  qu’il a décrite dans  son livre «  La nuit de feu », qui a été suivie d’ une soif d’étudier pendant des milliers d’heures des livres qui traitent du christianisme et de religion jusqu’à ce moment du pèlerinage qui le bouleverse dans sa foi alors qu’il est au Saint Sépulcre à Jérusalem.Il décrit les tensions fortes entre les 3 religions qui devraient être pensées comme des fratries. Nous voyons avec les événements dramatiques actuels que ce « défi de Jérusalem » n’est pas prêt d’être relevé. De tout cela il en a donc écrit un livre qui n’est pas un sommet de littérature mais qui donne à réfléchir. Il a  rencontré le Pape François pour en parler et celui-ci a écrit  une postface très émouvante qui recadre bien l’expérience vécue, sans doute le moment le plus fort du livre. 

174 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page